Identifiant Mot de passe
Test de Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations
Écrit par Roms6 le jeudi 13 janvier 2011 à 00:56:05
Geo-Political Simulator 2 : Rulers of NationsFin septembre sortait Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations, cru 2010 de la simulation géopolitique des français d'Eversim. Quelques patchs plus tard, il nous semblait opportun de publier un article dessus.  Le jeu reprend évidemment l'ensemble des fonctionnalités de Geo-Political Simulator 2009, alors n'hésitez pas à lire notre aperçu publié à son sujet, car nous n'évoquerons ici que les nouveautés.


Nouvelle interface

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations - Interface Le changement d'interface est en partie cosmétique. Néanmoins, on a désormais la possibilité d'effectuer des actions à partir de la carte du jeu : nouveau contrat, déclaration de guerre, rencontrer un chef d'Etat, etc.  Pour ceux qui n'étaient pas suffisamment comblés par la multitude de chiffres, un tas de nouveaux graphiques ont fait leur apparition. On déplorera quelques bizarreries comme l'obligation de re-sélectionner une production dans la liste des secteurs pour la subventionner. C'est évidemment plus rapide que de passer via le menu correspondant. D'autre part, les personnages ne sont plus en 2D mais en 3D, et ressemblent à leurs homologues réels, pour peu qu'ils soient suffisamment connus.

Accessibilité

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations - JournalLes réactions des personnages au passage d'une loi vous permetront de saisir ce qui est bénéfique ou non, que ce soit pour votre popularité, l'économie ou envers votre parti. Cependant, il faut avoir fait passer la loi pour constater les conséquences. En jouant en niveau facile, vous aurez la possibilité d'avoir un indicateur (un smiley) montrant à quel point un projet de loi sera apprécié par votre parti. En faisant varier le taux de TVA, le smiley pourra être vert si votre parti apprécie ce changement,  jaune lorsqu'il sera mitigé, puis rouge s'il est mécontent. Une fonctionnalité toute simple, mais qui devrait éviter aux débutants de choisir des valeurs bien trop élevées, et de constater les dégats après coup. Ne perdez tout de même pas de vue que contenter le parti ne veut pas dire contenter la population.

Lorsque la déclaration d'un personnage aura entraîné une baisse de votre popularité, celle-ci vous sera maintenant notifiée dans le journal avec un smiley. Prenez ça comme une sorte de todolist des gens à faire taire.

Lors de la signature d'un contrat économique, il vous est dorénavant indiqué la raison du refus (production insuffisante, le pays ne veut pas être trop dépendant du votre, etc.). Signalons toutefois que même si un pays possède un secteur dans lequel il est autosuffisant, vous pouvez quand même réussir à lui proposer une petite quantité de votre production si celle-ci est à bon prix.

Enfin, un tutoriel est présent, mais il est largement dispensable.

Scénarios

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations - TravailOutre les modes libres « le monde en 2011 », dans lequel vous incarnez le parti au pouvoir, et « opposition au pouvoir », où vous incarnez un parti de votre choix, le jeu contient de nombreux scénarios proposant la réalisation d'un objectif. Passer d'une démocratie à une dictature, d'une dictature à une démocratie, réduire le chômage de 20 %, ou encore réduire les émissions de gazs à effet de serre de 10 %... Tels sont les objectifs qui vous attendent.

Les 20 scénarios disponibles peuvent être pris comme des didacticiels, puisque des ministres vous indiqueront tout au long de la partie quoi faire pour réaliser votre objectif.

Economie

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations - Croissance en % du PIBCrise économique oblige, certains pays sont devenus assez hardcore à jouer du fait de leurs déficits, ce qui n'est pas pour nous déplaire.

L'économie a subit pas mal de changements depuis l'édition 2009 de Geo-Political Simulator. Les contrats demeurent son moteur, mais vous pouvez toujours laisser faire le marché, ce qui risque de vous empêcher de bénéficier des meilleures offres et d'une réduction rapide du chômage. Les fans de la main invisible en seront pour leurs frais.

Si les importations à bas prix rapporteront beaucoup, elles ne créeront en revanche pas forcément beaucoup d'emplois. Les exportations ont l'avantage de créer bien plus d'emplois, et donc de richesses. L'idéal est généralement de négocier dans un premier temps les importations de matières premières. Vous donnerez ainsi un coup de pouce aux secteurs dépendants de ces ressources, et pourrez ensuite négocier vos exportations.

Trois chiffres sont à surveiller : votre taux de croissance, le taux d'inflation et votre balance commerciale. Une croissance plus élevée que l'inflation augmentera le pouvoir d'achat de la population. En réalisant d'importants contrats, vous aurez le plus souvent une croissance et une inflation extrêmement élevées : 20, 30, 40 %. Irréaliste ? Oui et non. Evidemment, il est impossible d'obtenir un tel taux de croissance sur une année, mais ces taux sont en relation avec les quantités importantes  négociées à bon prix dans les contrats. Il faudra jouer par la suite avec les taux d'intérêts directeur, si vous n'êtes pas dans la zone Euro si vous avez cette possibilité.

Tout n'est pas encore parfait de ce côté là. Une fois certains contrats passés, la valeur de la demande nationale d'un produit s'effondre parfois sans aucune raison, mais le produit est apparemment  toujours demandé et consommé.

Démographie

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations Geo-Political Simulator 2 gagne en réalisme avec deux changements apportés à la simulation démographique. Deux corrections qui avaient été suggérées aux développeurs, et qui ont donc bien été prises en compte. Tout d'abord, le taux de croissance de la population inclut l'immigration et l'émigration. Résultat, la part des communautés étrangères dans la population totale est maintenant dynamique. Mieux encore, la répartition des religions varie de façon un peu plus réaliste, même si elle demeure reliée uniquement au nombre d'immigrants. Grosso-modo, elle augmentera beaucoup le nombre d'athées, et très légèrement la deuxième religion du pays, tout cela au détriment de la première religion.

La démographie est très loin d'être négligeable, car elle participe beaucoup à la croissance économique en stimulant la consommation.

Seul fait gênant, chaque pays se voit attribuer un nombre de fonctionnaires maximum fixe, n'étant pas proportionnel à la population et aux infrastructures développées (hôpitaux, écoles, etc.). Dans certains pays en voie de développement à fort potentiel de croissance, ce constat est assez rageant.

Politique

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations - Taxes et impôtsLa partie politique n'a malheureusement pas beaucoup évolué. Les plus attentifs remarqueront quelques changements dans le calcul de la popularité, et la correction de quelques incohérences dans les votes des partis au Parlement. Fini les partis sociaux-démocrates / de centre-gauche / nommez-les-comme-vous-voulez votant la baisse du temps de travail ou de l'âge légal de la retraite, et ce quel que soit le niveau de difficulté choisi. Comme dans la vraie vie, donc.

Les terroristes vous embêtent ? Vous pouvez donner l'indépendance à une région. Enfin, les Etats-Unis et l'Allemagne sont désormais dôtés d'un Parlement bicaméral, rendant bien plus compliqué le passage de certaines lois.

Armée / politique étrangère

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations - OPEPPoint assez négatif du jeu : la guerre. Si elle n'est plus synonyme de destitution automatique, elle demeure cependant une véritable lagfest lorsque les conflits se multiplient, et que de gros pays y prennent part. L'IA semble mieux se débrouiller qu'avant pour s'occuper des unités militaires, ce qui est toujours bon à prendre, leur gestion manuelle étant un peu fastidieuse. Une  gestion manuelle qui a tout de même été améliorée avec une interface spécifique permettant de gérer ses troupes plus facilement : en donnant des ordres par type d'unité, par groupe d'unités, ou encore par région.

Que dire d'autre ? Ah oui, vous pouvez désormais construire des camps de réfugiés et vous approvisionner en armes auprès du marché noir.

Multijoueur

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations - Contrat L'un des ajouts les plus important de Geo-Political Simulator 2 est que le multijoueur ne se limite plus seulement à la partie militaire, puisqu'il reprend l'ensemble des points du solo ! Jouable jusqu'à 16 joueurs, il propose de définir en début de partie des objectifs secrets, qui vous apporteront un bonus de score important si vous parvenez à les réaliser.

Ce mode est aussi beaucoup plus propice aux conflits, l'annexion d'un pays donnant beaucoup de points. Même si le but recherché était sans doute d'apporter un peu plus de fun, on obtient surtout des conflits improbables, lesquels amplifient certainement la latence liée au réseau... D'ailleurs, pour peu que le PC du joueur hébergeant la partie soit peu puissant, et qu'il dispose d'une connexion tout autant efficace, vous rencontrerez des problèmes de latence de l'interface.

Quoi qu'il en soit, il reste sympathique de déstabiliser certains joueurs via des jeux d'alliances économiques et diplomatiques. Par exemple en réservant la production de pétrole du Vénézuela à la Chine, plutôt qu'aux Etats-Unis...

Conclusion

Geo-Political Simulator 2 : Rulers of Nations a beau être sans concurrence réelle, on le juge pour ce qu'il est, à savoir une bonne simulation géopolitique principalement orientée sur la politique et l'économie.  Même constat qu'avec l'édition 2009 : avec du temps, le jeu a gagné en cohérence et en stabilité. Les bugs / incohérences que vous pourrez croiser ne devraient pas eclipser les qualités de cette suite, et c'est bien l'essentiel.

Pour ceux ne diposant pas de l'édition précédente du jeu, il faudra débourser 39.95 euros. Les possesseurs de Mission Président USA Edition Monde ou de Geo-Political Simulator 2009 US pourront quant à eux se le procurer au prix de 29.95 euros.


Lien utile : forum américain, regroupant une importante partie de la communauté.
Commenter la news
Pseudo

Commentaire

Indiquez l'année courante (vérification anti-spam) :